Laboratoire Francis PERRIN
URA CNRS-CEA 2453
This website is no more mainteined. See LIDYL or NIMBE
Archives
Prochains rendez-vous

La recherche d’un potentiel quantique pour l’eau liquide Séminaires SPAM LFP
vers calendrier
18/09/2008 à 11h00
LIDYL Bât 522, p 138 CEA-Saclay
Claude LEFORESTIER - Institut Charles Gerhardt, Université de Montpellier (France)
Les potentiels disponibles pour décrire l’eau liquide sont intrinsèquement classiques car ils sont obtenus en ajustant une fonction potentiel plus ou moins simple aux propriétés de la phase condensée au moyen de simulations de dynamique moléculaire. Un véritable potentiel quantique doit provenir d’un calcul ab initio, et également permettre la modification de géométrie des molécules (c’est-à-dire flexibles) afin de décrire les phénomènes aux interfaces. Un moyen pratique d’exprimer le potentiel consiste à le développer en termes à 1, 2 , 3. . . -corps, plus un terme d’induction à N-corps. Un tel potentiel peut être progressivement testé à un ordre donné du développement en confrontant ses prédictions aux résultats spectroscopiques obtenus sur les agrégats d’eau (H2O)n produits en jets moléculaires.
On présentera des tests pour le terme à 2 corps, obtenus pour quatre potentiels flexibles ab initio parmi les plus récents (TT2M.1f, Sapt-5sf, HBB and fCCpol) en comparant quelques propriétés calculées du dimère (spectre IR lointain, déplacements IR et second coefficient du viriel).