Laboratoire Francis PERRIN
URA CNRS-CEA 2453
This website is no more mainteined. See LIDYL or NIMBE
Le dispositif GOUTTELIUM : une spectroscopie moléculaire infrarouge au voisinage du zéro absolu
Mise à jours : 28 July 2014

Etude du photorécepteur "Photoactive Yellow Protein" par dichroïsme circulaire femtoseconde
Mise à jours : 21 February 2016

L'interaction médicament-protéine étudié par spectroscopie de fluorescence résolue en temps
Mise à jours : 9 December 2013

"Cœur silicium - coquille carbone" pour batteries Li-Ion
Mise à jours : 6 October 2015

Dynamique de peptides en phase gazeuse et photostabilité des protéines
Mise à jours : 2 April 2013

Observer le spectre vibrationnel complet des molécules ionisées
Mise à jours : 20 February 2013

La force des liaisons NHamide---Sméthionine révélée par la spectroscopie de petits peptides
Mise à jours : 31 May 2012

Imagerie photochimique du champ proche optique de nanocubes d’or
Mise à jours : 15 March 2012

Des tapis de nanotubes alignés, en grande surface !
Mise à jours : 31 January 2012

Nouvelles lumières sur l’interaction entre les rayons UVA et l’ADN
Mise à jours : 3 February 2014

Synergie expérience-théorie pour la simulation du repliement des protéines
Mise à jours : 21 March 2013

Un nouveau composé aux propriétés intéressantes d'absorption optique dans le domaine visible : TiO
Mise à jours : 17 June 2010

Synthèse de nanotubes marqués au carbone 14 pour des études de biodistribution
Mise à jours : 13 January 2011

Une surprenante dynamique de fragmentation des agrégats : à deux c'est mieux !
Contact : Lionel Poisson (LFP) et

Les agrégats sont des ensembles de quelques, jusqu'à plusieurs millions d'atomes en phase condensée, et de taille finie nanométrique. Etudier leurs propriétés en fonction de leur taille croissante est parfois présenté comme un moyen de construire un monde condensé macroscopique à partir d’un gaz. Ceci apparaît souvent comme exagérément réducteur, car le comportement statique et dynamique des agrégats est souvent sans contrepartie macroscopique, puisque contrôlé par leur surface très importante et leur taille finie. Il s’agit alors de physico-chimie du monde mésoscopique, comme l’illustre cette étude expérimentale récente menée par une équipe du DRECAM/SPAM-Laboratoire Francis Perrin en collaboration avec une équipe de théoriciens de l’Université Paris VI.

 

Une impulsion laser femtoseconde, d’intensité intermédiaire (≈1013  W cm-2), focalisée sur un agrégat formé de plusieurs centaines d’atomes d’argon (ArN, N étant le nombre d'atomes de l'agrégat) peut conduire à son explosion. Une des voies originale de réaction qui vient d'être identifiée consiste en la formation initiale de deux ions positifs très proches, dont la répulsion coulombienne fait exploser l’agrégat. Il en résulte la formation de deux petits agrégats ioniques dissymétriques : un petit constitué de 1 à 4 atomes et un plus gros pouvant comporter plusieurs dizaines d’atomes. La distribution de vitesse des fragments montre que le mécanisme de formation des deux charges passe par une excitation initiale, au cours de l’interaction agrégat-laser, vers un état ionique fortement excité électroniquement dont la relaxation induit l’ionisation d'un atome très voisin. Les deux charges sont ensuite expulsées entrainant les atomes voisins, formant ainsi les deux agrégats ioniques. Ce résultat est a priori très surprenant car le phénomène observé impose à l’énergie initiale d’être fortement localisée. La dissociation observée ne correspond nullement à celui d’un solide ou d’un liquide avec une répartition statistique de l’excès d’énergie conduisant à une évaporation progressive de l’agrégat, mais à une fission brutale.

 
Chemin réactif de la fission d\

Chemin réactif de la fission d'un agrégat

Figure ci-contre : Répartition des vitesses et des quantités ions Ar15+ expulsés à partir d’agrégat d’environ 750 atomes après irradiation par un laser femtoseconde. R est proportionnel à la vitesse des ions émis dans la direction θ par rapport à la direction de polarisation du laser. Les trois anneaux de cette figure montre que les ions Ar15+ sont distribués de façon isotrope et qu’ils possèdent trois classes de vitesse nettement distinctes les unes des autres, correspondant à l'énergie de recul du second fragment formé Ar+ à Ar3+. Le spot central correspond à l’ionisation simple des agrégats.

Référence :
Low field laser ionization of argon clusters: the remarkable fragmentation dynamics of doubly ionized clusters,
L. Poisson, K. D. Raffael, M.-A. Gaveau, B. Soep, J.-M. Mestdagh, J. Caillat, R. Taïeb, and A. Maquet, Phys. Rev. Lett. 99, 103401 (2007).

 

Chiralité et repliement des protéines
Mise à jours : 13 September 2010

Le tout nouveau laser PLFA crée déjà la surprise en physico-chimie !
Mise à jours : 16 March 2007

Effets coopératifs dans l'absorption du rayonnement UV par les bases de l'ADN
Mise à jours : 3 February 2014

Repliement de chaînes peptides en détente supersonique
Mise à jours : 3 February 2014

Identification du mode de croissance de multi-couches de nanotubes de carbone alignés
Mise à jours : 14 November 2005

Participation d'un état de Rydberg à la redistribution ultrarapide de l'énergie électronique du TDMAE [tetrakis(diméthylamino)éthylene]
Mise à jours : 3 February 2014